Abidjan: accusé d'avoir caillassé un engin des pompiers à Koumassi, les personnes incriminées dénoncent une "manipulation" (REPORTAGE)

Dans la commune de Koumassi, au Sud de la ville d’Abidjan, pendant que  le Groupement des sapeurs-pompiers militaires  (GSPM) déplorait mardi soir, dans une publication sur Facebook, l’un de ses engins d’incendie caillassé  par "une foule très hostile", lors d’une intervention pour éteindre  les flammes d’une habitation en feu,  les individus incriminés crient à la "mauvaise foi et la manipulation des faits".

 

"Nous étions pas en colère. Lorsque les pompiers sont arrivés, nous les avons plutôt applaudis. Le fait qu’ils disent que nous étions une foule hostile n'est pas vrai", a clarifié Moussa Dosso, arrêté sur les décombres de la cour commune de huit habitations qui a été ravagée par les flammes.

 

Selon M. Dosso,  la trentaine révolue et arborant, pour la circonstance, un jean bleu et un T-shirt blanc, "un seul projectile a été lancé sur le pare-brise du véhicule" du GSPM  par un jeune dont le parent était dans le domicile qui était en train d’être ravagé par les flammes".

 

Abdoul Karim, présent depuis le début de l’incendie,  tout en gesticulant, a tenu à expliquer,  le regard hagard, qu’afin de "permettre aux pompiers de travailler convenablement", les jeunes  ont réussi à calmer celui qui leur en voulait. La bouche grandement ouverte, il s’est dit "surpris de la rapidité avec laquelle les pompiers ont fait la publication sur Facebook pour incriminer les jeunes" du secteur du quartier remblais, le lieu de l’incident, contrairement à la véracité des faits.

 

Alertée par les habitants pour éteindre un feu de chambre mardi à 19h13, dans son communiqué, la direction du GSPM a expliqué qu’a leur arrivée, les pompiers  ont été attirés vers "un piège  par une foule très hostile", qui a caillassé l’engin d’incendie.

Cet incendie a fait cinq blessés dont trois dans un état grave et plusieurs dégâts matériels.

 

Dans le début du mois de septembre, dans la commune de Yopougon (Ouest d’Abidjan), selon un communiqué du GSPM, des "jeunes en furie" avait caillassé un autre véhicule, lors d’une intervention pour éteindre un autobus en feu.

Charles Kossonou

Articles similaires

Laisser un commentaire