Cameroun : le parti de Fru Ndi évoque des "échanges fructueux" avec la délégation tripartite conduite par l’UA

Le Social democratic front (SDF, opposition) évoque des échanges fructueux avec la délégation tripartite conduite par le président de la commission de l’Union africaine (UA), qui a séjourné au Cameroun afin de rechercher une solution consensuelle à la crise dans le Nord-ouest et le Sud-ouest, les deux régions anglophones du pays, en proie depuis plus de deux ans.

"Les échanges intenses et fructueux ont porté sur la situation gravissime dans les régions du nord-ouest et du sud-ouest ainsi que la situation socio-politique extrêmement préoccupante du Cameroun en général", a dit le ministre du shadow cabinet du parti en charge de l'information et des médias, Jean Robert Wafo.

Une délégation conjointe de l'UA, du Commonwealth et de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF) a séjourné au Cameroun. Les responsables de ces organisations internationales ont rencontré le président Paul Biya, des leaders de partis et de la société civile."

Depuis fin 2016, ces deux régions traversent une crise sociopolitique. Débutée par des revendications corporatistes des avocats anglophones et des enseignants, pour protester contre certaines discriminations", elle s’est muée en conflit armé.

Les activistes manifestent en faveur de l'établissement d'un nouveau pays imaginaire, baptisé République d'Ambazonie, qui englobe le Nord-ouest et le Sud-ouest du Cameroun, des régions anglophones qui couvrent une superficie de 43.700 km².

"Le conflit a fait plus 1.800 morts, 530.000 déplacés internes et des dizaines de milliers de réfugiés", selon des statistiques de plusieurs organisations internationales.

Du 30 septembre au 4 octobre, s’est tenu au Palais des Congrès de Yaoundé un grand dialogue national dont le but était de trouver des solutions concertées aux problèmes du Cameroun, plus précisément à la crise qui secoue ces zones.

Au nombre des propositions faites par les huit commissions qui ont débattu pendant ces assises, figurent, "l’octroi d’un statut spécial aux régions du Nord-ouest et du Sud-ouest, la suppression du statut de délégué du gouvernement nommé prévu dans le cadre du régime spécial applicable à certaines agglomérations."

En marge du dialogue, le président Paul Biya a pris la décision d’arrêter les poursuites devant les tribunaux militaires contre 333 personnes détenues dans le cadre cette crise.

Au terme des assises, certains opposants dont Maurice Kamto, arrivé deuxième à la présidentielle d’octobre 2018 et des sympathisants de son parti le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) interpellés à l’issue des manifestations pour protester contre les résultats des élections, ont bénéficié de la même mesure.

ABL

 

Articles similaires

Laisser un commentaire