Côte d’Ivoire : L'un des vice-présidents du PDCI a été condamné à 5 ans de prison pour "détention illégale d’armes"

L'un des vice-présidents du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI,opposition), Jacques Mangoua a été condamné jeudi à cinq ans de prison ferme pour " détention illégale de munitions de guerre sans autorisation administrative ", par le tribunal de la dite ville, selon l’Agence ivoirienne de presse(AIP).

L'un des vice-présidents du PDCI, Jacques Mangoua, a été condamné  à cinq ans de prison" ferme" pour " détention illégale de munitions de guerre sans autorisation administrative ", par le tribunal correctionnel de Bouaké.

Il devra également payer 5 millions de francs CFA soit 7.500 euros d'amende.

Selon l’AFP, le procureur du tribunal de Bouaké, Braman Koné a rappelé qu'il avait découvert "991 munitions de guerre de 7,62 mm, 49 munitions de fusils de type calibre 12 et 40 nouvelles machettes". Il a aussi souligné qu'il" n'y avait pas de trace d'effraction sur le mur de la maison "de l’accusé.

Les partisans de Jacques Mangoua, avaient" barré " mercredi des routes autour de Botro (40 km au nord-ouest de Bouaké) et de Languibonou (ouest de Bouaké) en criant "Libérez Mangoua, libérez Mangoua".

Rappelons, qu’en mai dernier, des violences inter-communautaires dans cette zone avaient fait 10 morts.

Jacques Mangoua est le président du conseille régional de Bouaké (centre ivoirien). Son parti le PDCI, ancien allié au sein de la coalition au pouvoir (Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix) est ensuite devenu celui du Front populaire ivoirien dirigé par l’ex-président Laurent Gbagbo, en jugement actuellement à la Cour pénale internationale.

Jacques Mangoua a été placé en garde à vue samedi, après que des munitions et une quarantaine de machettes aient été retrouvées à son domicile.

Cette condamnation fait suite à la découverte vendredi 21 septembre 2019 de munitions et de machettes dans une niche à la résidence privée, à N'guessankro son village d'origine situé dans la sous-préfecture de Bodokro (Béoumi, centre ivoirien)

Dorine Alam Banga

Articles similaires

Laisser un commentaire