Côte d’Ivoire/Journée de la femme : le Conseil des droits de l’homme s’engage aux respects des droits de la femme

Le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) a exprimé à l’occasion de la célébration de la journée internationale de la femme, son engagement  à mettre tout en œuvre pour le respect des conditions de vie de la femme et l’égalité de sexe, lundi à Abidjan, dans une note.

 

 

"Le CNDH conformément à son mandat réaffirme son engagement à œuvrer pour l’émancipation totale et le respect des droits fondamentaux des femmes de Côte d’Ivoire" a indiqué le communiqué signé par la présidente du CNDH Namizata Sangaré.

 

 

Selon le CNDH, la crise sanitaire liée à la Covid-19  a fait renaître "d’une part, les inégalités  structurelles entre les hommes et les femmes qui subsistent dans certains domaines et, d’autre part, la vulnérabilité des femmes à résister aux chocs économiques".

 

 

Le Conseil a donc décidé de "veiller à la préservation des réalisations  sociales, économiques, culturelles et politiques des femmes" mais de procéder à la mise en place d’un plan de prévention "d’éventuels nouveaux revers sur l’égalité homme-femme causés par cette crise sanitaire".

 

 

Le thème de cette année à l’international porte sur le "leadership féminin : pour un futur égalitaire dans le monde de la Covid-19" qui est "une réponse au contexte mondial fortement impacté par la pandémie de la Covid-19 et ses répercussions".

 

 

De ce fait, le CNDH a encouragé le "gouvernement à poursuivre ses efforts dans le cadre de l’autonomisation des femmes" et l’intensification de ses actions pour protéger les femmes contre "les tribulations de la crise sanitaire".

 

 

Le Conseil a également invité les Organisations de la société civile "à être davantage les porte-paroles des femmes dans la lutte pour leurs droits".

 

 

La journée internationale des droits de la femme, célébrée chaque 8 mars de l’année est un mouvement syndical qui avait pour mission de prôner l’égalité homme-femme, notamment les droits civils et politiques. Le mouvement devient par la suite un événement annuel proclamé et reconnu le 16 décembre 1977 par l’Assemblée générale des nations unies.

 

 

Miriane TCHEFFI

Suivez-nous sur:

Articles similaires

Laisser un commentaire