Côte d’Ivoire :"l’Europe demeure un espace de liberté variable" réagit Soro au propos de Macron

L’ex-Premier ministre ivoirien Guillaume Soro qui était exilé en France depuis le 23 décembre 2019, a réagi  vendredi  à l’interview de Macron accordée à Jeune Afrique dans laquelle celui-ci avait  affirmé qu’il n’est plus sur leur territoire. L’ex-Pan estime que  "l’Europe demeure un espace de liberté variable (…), sur son compte Tweeter.

 

"J’ai lu les propos du Président Emmanuel Macron me concernant. Je ne les commenterai pas. L’Europe demeure un espace de liberté variable. Je continuerai à m’opposer au viol de la constitution de mon pays de toutes mes forces", a déclaré M. Soro.

 

L’ancien parlementaire a affirmé que "le déstabilisateur c’est celui qui met les leaders politiques en prison. Qui fait décapiter un jeune ivoirien pour imposer la loi du canon et des milices."

 

"Tenez l’Afrique à Amnesty International pour défendre la cause des persécutés. Pas un mot pour les plus de 100 morts en Côte d’Ivoire. Ce sont des nègres. Bravo !", a-t-il dit non sans ajouter que "la stabilité de la Côte d’Ivoire ne réside pas dans le maintien d’un monarque au pouvoir."

 

A en croire l’ex-SG de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI), "le seul antidote à l’instabilité demeure la démocratie, donc le respect de la constitution ivoirienne." Et que "personne ne (l’obligera) à admettre que Ouattara est dans son droit de violer la constitution."

 

"La présidence à vie en Afrique je m’y opposerai toujours. Je ne renoncerai jamais à ma liberté de parole. Que cela soit entendu", a conclu Guillaume Soro.

 

Lors d’une interview accordée au journal Jeune Afrique paru ce vendredi, le président français Emmanuel Macron a affirmé que "Guillaume Soro n'a pas à créer le désordre, et sa présence n'est pas souhaitée sur notre territoire, tant qu'il se comportera de cette manière" vis-à-vis de la politique ivoirienne.

 

Emmanuel DJE BI

 

Articles similaires

Laisser un commentaire