Côte d’Ivoire: Soro appelle à "la responsabilité du président pour un processus électoral apaisé"

L’ancien président ivoirien de l’Assemblée nationale (2012-2019), Guillaume Soro, a affirmé mercredi que " la réconciliation nationale reste un préalable à l’organisation d’un processus électoral apaisé ", à quelques mois de la prochaine présidentielle prévue pour 2020, dans un communiqué.

"La réconciliation nationale reste un préalable à l'organisation d'un processus électoral apaisé. C’est pourquoi, j’en appelle au sens de la responsabilité d’Etat afin que s’ouvre à quelques mois de l’année le
renouvellement des mandats du président  de la République et des députés  de l’Assemblée nationale, un dialogue inclusif impliquant tous les enfants de Côte d’Ivoire afin d’aboutir à un vrai consensus", a souhaité M. Soro.

Il  a par ailleurs invité à une modification de la "nouvelle commission électorale indépendante" afin  que le droit de vote de chaque citoyen ivoirien soit respecté.

"La réconciliation nationale ne doit pas être un nouveau slogan, une expression de mode accommodée à tous les discours politiques et
à toutes les sauces idéologiques", a indiqué M. Soro.

Le 19 septembre 2002, une rébellion éclate en Côte d'Ivoire. Guillaume Soro est secrétaire général de cette rébellion orchestrée par les Forces Nouvelles. À l'issue de plusieurs négociations avec le pouvoir d'alors, il devint premier ministre en 2007 et plus tard président de l'Assemblée nationale. il est aujourd'hui en désaccord avec le président actuel Alassane Ouattara qu'il a soutenu pendant la crise de 2010-2011 face à Laurent Gbagbo.

Fatoumata Doumbia

Articles similaires

Laisser un commentaire