Covid-19/Réouverture des lieux de cultes à Abidjan: entre joie et réserve des fidèles (REPORTAGE)

Deux mois après leur fermeture, en raison des mesures de restriction édictées par les autorités ivoiriennes dans le but de limiter la propagation de la Covid-19, les portes des églises à Abidjan se sont dérouillées sous le soleil abidjanais, à la grande joie des fidèles.

Ce dimanche, le premier de la reprise cultuelle a donc lâché des hordes de chrétiens "affamés" dans les rues de la capitale, à l’instar de Franck Obou.

Vêtu d’un smoking vert militaire assorti d’une chemise blanche aux côtés de son épouse, M. Obou masque au visage, se presse de sortir, d'un cœur joyeux, de son domicile situé au "Millionnaire", sous quartier de la commune populaire de Yopougon (ouest).

"Nous sommes heureux de reprendre le chemin de l’église, ça faisait longtemps, nous qui nous sommes mariés à quatre, c’est pour nous l’occasion de remercier notre Dieu pour ses grâces", lance t-il, en clignant de l’œil en direction de sa jeune épouse de 30 ans, soit cinq années de moins que lui.

Mesures barrières respectées, joie coincée

A l’église évangélique des Assemblées de Dieu de Port-Bouët (sud), temple "La promesse", sentier de lavage de mains est un passage obligé, comme dans la plupart des assemblées.

Les deux salles de ce cadre se sont parées de somptueux habits afin d'accueillir les fidèles pour deux cultes, dans un environnement convivial.

Les bancs habituellement requis pour quatre personnes se sont vus occupés de moitié par les fidèles, soulagés de prendre part à la célébration de ces "moments privilégiés".

"Je suis si heureuse d’être là aujourd’hui pour adorer notre Dieu, mais ça fait quand même bizarre de revoir mes frères sans pouvoir les toucher", regrette Mme Affi Ossey.

Organisé par aire géographique avec une heure d’intervalle, pour "éviter de se croiser dans le désordre", les responsables de cette assemblée prévoient en plus, inclure samedi, dans l'organisation des cultes pour "décongestionner" leur cadre.

A l’entrée, de l’église Méthodiste unie, temple "Emmanuel" dans la même commune, un agent de sécurité portant une visière, rappelle en cas d’oubli, à tout entrant les mesures barrières, dont la distanciation physique.

"Même si "Dieu est présent", rétorquent les scouts pour ramener à l’ordre les quelques récalcitrants au port du masque qui déplorent son inconfort en temps de chaleur, en témoigne dame Jeannette Messou, expert-comptable dans un cabinet d'avocats.

"Ça fatigue avec cette forte chaleur, nous n’avons pas le choix, c’est pourquoi nous prions que vivement cette maladie s’en aille pour que nous puissions nous épanouir en bon africain".

A la paroisse du Jubilé de Cocody (est), forte de plus de 10.000 membres plusieurs cultes sont à l’affichent et les fidèles ne manquent pas d'exprimer leur allégresse au son des cantiques distillés par la chorale.

Il faudra du temps pour que les lieux de cultes, endroits fraternels revivent normalement à nouveau, mais pour l’heure les chrétiens n’ont pas l’intention de bouder leur plaisir, eux qui se dégourdissent les jambes dans un décor toujours aussi spécial, celui de la louange et de l’adoration à leur Dieu.

 

DAB

Articles similaires

Laisser un commentaire