Des monstres protégés par notre système?

En Côte d'Ivoire, hormis la politique et le showbiz, rien d'autre ne semble susciter l'intérêt de nos décideurs à en croire leurs silences jusque-là face aux cas de viols récurrents sur nos fillettes.

Le viol d'enfants a envahi notre société. On en compte un peu partout dans nos différentes localités ces dernières heures. Et, nos dirigeants semblent ne pas s'en soucier ou même minimiser ce fléau. Quel dommage!

Violer, c'est tuer par voie sexuelle, c'est un crime psychologique. Les coupables doivent être traités comme de véritables criminels car le viol est un crime.

On a autant d'énergie à condamner des tweets politiques, condamner les opposants, mettre en place des stratégies de déstabilisation, attaquer le pouvoir en place… autant se concentrer sur les maux de la société ivoirienne.

Autant se concentrer sur les criminels, tueurs de fillettes. Elles meurent… elles meurent comme des mouches.

Monsieur le procureur de la république, nous attendons depuis votre indignation et des actions fortes. Il faut des lois spécifiques pour ces tueurs d'enfants. Plus corsées à la hauteur de cette ignominie.

La situation s’aggrave et le péril nous paraît si grand que nous estimons nécessaire qu'un signal fort doit être envoyé. Je suis d'autant inquiète que ces monstres semblent sereins. Sinon comment comprendre qu'ils ne se gênent pas pour sévir chaque fois malgré nos piètres indignations sur la toile et nos marches pacifiques que suscitent leurs actes monstrueux. Des monstres protégés par notre système? Si non, Il va falloir hausser le ton!

Si on ne peut pas effacer le passé, ramener ces fillettes à leurs parents, essayons au moins de changer le futur, réagissons pour que cessent ces comportements qui traumatisent.

Il est grand temps que des mesures urgentes soient prises pour sauver nos enfants. La loi doit combattre ce phénomène qui s’installe dans le quotidien des Ivoiriens. Les victimes ainsi que leurs familles ont besoin de justice et de sanctions exemplaires.

Nul n'est à l'abri de l'explosion de notre société. Alors, stop à la pédophilie!

Fatoumata Doumbia 

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire