Election ivoirienne d’octobre 2020: "au soir du 31 après la victoire par un coup KO, ils vont fuir ce pays" (Adjoumani)

Le directeur de campagne du candidat du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP, coalition au pouvoir), le ministre Kobenan Kouassi Adjoumani, a affirmé jeudi à Amanvi (Nord-Est ivoirien) que les opposants à Ouattara vont "(fuir le pays, au soir du 31 octobre après leur victoire)", lors d’une rencontre.

"Ceux qui racontent qu'il n'y aura pas d'élection, on les attend et ils vont voir. Au soir du 31 octobre après la victoire par un coup KO, ils vont fuir ce pays car ils auront échoué dans leur tentative de déstabilisation", a déclaré M. Adjoumani.

Pour celui que des populations de la région de Gontougo appellent l'éléphant du Zanzan, "avec le président Alassane Ouattara, (les ivoiriens sont) en sécurité et (leur) sécurité sera garantie le jour du scrutin présidentiel".

"Ils sont dans une logique de déstabilisation. C'est pourquoi nous devons porter le président Alassane Ouattara à la tête de la magistrature suprême. Nous sommes sereins et attendons impatiemment le 31 octobre pour aller voter, il n'y aura rien. Ils font tous ces bruits mais nous, nous allons voter", a-t-il fait savoir.

En ce qui concerne le sujet lié au dialogue politique, le porte-parole du RHDP a avoué que leur candidat "est un homme de dialogue" car "il a tendu la main à ceux d'en face mais ont refusé de dialoguer."

Ainsi pour lui, ces gens-là "sont dans une logique de déstabilisation". C’est pourquoi poursuivra-t-il : "nous devons porter le président Alassane Ouattara à la tête de la magistrature suprême. Nous allons le voter et le voter massivement ici dans le Gontougo."

À 1 jour de la présidentielle au pays, Pascal Aff N'guessan, président du Front populaire ivoirien (FPI, opposition) et porte-parole des plateformes de l'opposition continue de soutenir que le scrutin électoral sera boycotté.

 

Emmanuel DJE BI

 

Suivez-nous sur:

Articles similaires

Laisser un commentaire