Elections en Guinée Conakry: Alpha Condé appelle au calme et se dit prêt à dialoguer

Alors que des violences sont en cours dans la capitale Conakry trois jours après l'élection présidentielle guinéenne, le président sortant, Alpha Condé, a appelé mercredi son peuple " au calme et se dit prêt à dialoguer", dans un communiqué.

 

"Je  réitère mon appel à tous au calme et à la sérénité, en attendant l’issue du processus électoral en cours dans notre pays. Bien sûr qu’il y aura un vainqueur, mais ce n’est pas pour autant que la démocratie sera menacée ou que la paix sociale devient impossible", a répété M. Condé.

Il a tenu à préciser que si la victoire lui revient, il "reste ouvert au dialogue et disponible à travailler avec tous les Guinéens."

"Comme je l’ai toujours souhaité, la Guinée a besoin d’une véritable union nationale dans la gestion de notre pays. Les premiers résultats de l’élection présidentielle du 18 octobre dernier me confortent dans cette conviction de toujours,  car, au-delà des choix personnels et des clivages politiques,  nous sommes tous engagés par le pacte national et républicain, aujourd’hui éprouvé", a désiré le professeur Condé.

A en croire Alpha Condé, la construction de la Guinée se fait dans l’union.

"J’appelle chacun et tous au sens de la responsabilité et au patriotisme pour qu’il soit possible après cette élection, quels que soient les résultats, de construire ensemble la Guinée sans exclusion, ni discrimination de personne,  d’aucune partie du pays", a-t-il exhorté.

"C’est ensemble que nous réussirons dans un destin uni et solidaire.

Je le rappelle encore,  la Guinée est au-dessus de tout et de tout le monde", a conclu M. Condé.

Pour rappel, de nombreuses  personnes ont été tuées dans des heurts entre partisans de l'opposition et forces de l'ordre, mercredi, à Conakry.

Les résultats partiels, qui donnent Alpha Condé, le président sortant, en tête au premier tour sont vivement contestés par son adversaire Cellou Dalein Diallo, qui revendique la victoire. Son parti, l'Union des forces démocratiques (UFDG) dénonce "une fraude à grande échelle".

 

Emmanuel DJE BI

Articles similaires

Laisser un commentaire