Grève à Abidjan, des gérants de point de vente (PDV) mobile money : à Marcory, les PDV majoritairement fermés

Presque tous les points de vente étaient fermés,  mercredi 10 août 2022, en raison d’une grève lancée la veille par le syndicat national des propriétaires de points de vente mobile money de côte d’ivoire (SYNAM.CI) ; les acteurs du milieu veulent attirer l’attention du gouvernement sur la situation actuelle.

Des bruits de véhicules se font entendre, partout. Les vendeuses du marché vaquent à leurs occupations habituelles. Assis sur une chaise en plastique en train de siroter son jus de gingembre juste à côté de son point de vente verrouillé, peint en jaune noir, sous un temps ensoleillé, vêtu d’un tee-shirt bleu, d’un pantalon kaki et des sandales noirs ; Youssouf Adam, un homme de la trentaine, teint marron donne quelques raisons.

"Nous sommes en grève concernant la diminution de nos commissions. En fait, depuis le premier avril 2022, les commissions ont commencé à prendre un coup et la goutte d’eau qui a fait déborder le vase vient de l’opérateur « wave », le premier juin, qui a mis une nouvelle grille en place. Nous avons contesté cela", explique-t-il, coléreux.

"Le ministre de l’emploi a même saisi le dossier. Nous avons obtempéré ; il y a eu des négociations avec les employeurs pour essayer d’arranger les choses mais le résultat n'est pas satisfaisant ; nos responsables de la (SYNAM.CI) ont exigé qu’il y ait des frais de 100f sur chaque transaction pour amoindrir un peu nos pertes, la chute de nos revenus Parce que nous avons de nombreuses charges et nous ne vivons que de cette activité", relate t-il les négociations, toujours aussi énervé.

" Wave a commencé à envoyer des SMS à des clients pour leur dire de ne pas payer les 100f ; Orange à son tour, suspendait les puces de certains collègues qui faisait payer 100f aux clients. Alors, vu que ce n’était pas facile pour nous, on a décidé d’arrêter le travail. Nous avons reçu l’ordre venant de nos syndicats et tout sera fermé jusqu’à nouvel ordre", annonce-t-il.

A cent mètre de là, Antoinette Dosso, dame au teint clair de la quarantaine, vêtue d’un pantalon noir et d’un haut multicolore, les cheveux teints en jaune tenait à la main, un sac rouge dans lequel se trouvait les clés de son agence tout en échangeant avec sa collègue. "J’ai fermé oh, ils arrivent. Les membres du syndicat arrivent. Vraiment, je ne comprends pas cette affaire de grève là. Je pense que ce n’est pas la meilleure manière de revendiquer. Les responsables des agences Oranges, wave et autres doivent faire appel aux syndicats et une fois le problème mis sur table, ils pourront trouver un terrain d’entente" , suggère t-elle.

"Voilà que nous avons reçu l’ordre des syndicats et nous sommes dans l’obligation de fermer. Depuis trois jours, personne ne travaille ici. Cela n’arrange pas la population, ça ne nous arrange pas également parce qu’on vit de cela. Qu’ils revoient cela tout cela, pour y remédier" souhaite-t-elle, résignée à regagner son domicile.

Le long de la voix, trois points de vente  peint en orange noire ont suivi le mouvement.

Juste à côté se trouve le point de vente de Koné peint en jaune bleu. Jeune dame d’une vingtaine d’années au teint noir éclatant et les cheveux lui tombant sur les épaules était couverte d’un pagne traditionnel.

Assise derrière une table ornée de papier lotus, de bonbons, de chocolat et autres sucreries sous un parasol orange et blanc, la dame d’un air coléreux nous donne les détails de la fermeture de son agence "on a décidé de faire la grève parce que nos commissions ont été réduites. On refuse de travailler pour travailler. Quand on travaille, c’est pour en tirer bénéfice, pas pour perdre", estime-t-elle, calmement.

Puis de répondre à la question de savoir quand prendra fin cet arrêt de travail : “Normalement, c’est pour trois jours la grève. Donc on va observer. Mais si pendant ces trois jours, il n’y a pas de réaction positive venant de là haut ou des changements, on verra avec les syndicats et s’il y a lieu de continuer, on va continuer voilà“ ! Conclut-elle !

Tout le long de la voie qui débute par le collège Pascal de Koumassi jusqu’à l’église catholique Sainte Bernadette de Marcory Est, Gisèle Ahou, une femme de la quarantaine est la gérante du seul point de vente ouvert sur les six alignés. " Depuis le samedi passé il y a des points de vente qui refusaient de faire les dépôts et les retraits des clients, je ne sais pas pourquoi mais moi, je continue mon travail » affirme madame Gisèle avec un air étonné. Il est exactement 11h 47 et les deux points de vente « MOOV » et « ORANGE » autour d’elles sont fermés. Vêtue d’une longue robe, tissu pagne et son foulard du même pagne à la tête, ses téléphones en main, elle assure la gestion de son point de vente sans se soucier de quoi que ce soit tout en conversant avec le gérant du kiosque à café installé en plein air, juste derrière elle. “Depuis hier qu’ils ont commencé leur grève, moi je viens travailler. Je ne compte pas arrêter parce que jusque-là, je ne suis au courant de rien", prétend-t-elle.

Roland, le gérant d’une mini agence MTN, située à un carrefour proche d’une station dans la zone de l’église catholique sainte Bernadette de Marcory Est était le seul du secteur. Habillé d’un polo blanc et un pantalon « JEANS » bleu dont le tissu paraît légèrement affaibli, il est assis tout seul dans l’agence, les pieds croisés, grelotant légèrement malgré le temps ensoleillé qu’il y faisait. « Je sors d’une maladie. Hier même, je n'ai pas travaillé », informe t-il un passant, l’air endormi alors qu’il est avec un client.

Roland affirme ne pas être concerné par la grève car d’après lui : “la grève ne concerne pas les agences, mais les points de vente des différents réseaux, hormis MTN“. A ce sujet, il dit ceci: « Moi je suis gérant d’une mini agence MTN et MTN n’est pas en grève. Les agences ne sont pas en grève. Ce sont plutôt les points de vente (PDV) des autres réseaux qui sont en grève. Moi, je travaille uniquement pour MTN ; c’est pourquoi aujourd’hui je suis là》.

Othniel KOUASSI

Akoua SIAMBOU

 

 

 

 

 

Suivez-nous sur:

Articles similaires

Laisser un commentaire