Côte d'Ivoire: La paix, le message catholique de l’église ce nouvel an (REPORTAGE)

"La paix apaise les cœurs", tel est l’un des messages marquants prononcés par le curé de la paroisse Christ Roi de Dabou (Sud de la Côte d'Ivoire), célébrant de cette messe du nouvel an 2020.

La messe du nouvel an, était prévue pour 20h30, mais l’église était ouverte bien avant l’heure H, pour permettre aux fidèles d’y avoir accès et de se recueillir pour faire des prières et méditer dans la sainte enceinte.

Les voies arpentées, étaient peu bondées de personnes. Quelle grande surprise !

On pouvait voir un groupe de jeunes gens, d’environ 26 ans dont un homme et trois femmes discuter avec allégresse et arrêter un taxi communal pour direction le centre-ville, avec pour seul dessein, continuer la fête vu le nom de leur destination communiqué au chauffeur, "Maquis Selfie".

Les buvettes ou clubs de festivités,  sur le chemin de l’église étaient occupés par des dizaines de personnes, sans pour autant être vraiment pleine comme je m’y attendais.

Sûrement qu’ils avaient tous fait le choix de se rendre à la messe du nouvel an, peut-être avant de partir festoyer ou probablement qu’ils étaient restés chez eux, devant leur poste-téléviseur pour assister aux différentes déclarations d’hommes politiques du pays, notamment le président de la République et les présidents de partis politiques de l’opposition, qui devaient s’adresser à la nation, au vu du climat électoral présidentiel qu’annonçait le début de l’année 2020.

De nombreuses voitures étaient stationnées devant l’église, de façon parallèle et organisée. Des forces de l’ordre telles que la police et les sapeurs-pompiers étaient postés devant l’église, dans le but d’assurer une protection et de rassurer les fidèles.

L’église Christ Roi de l’univers de la commune de Dabou était remplie par la présence des fidèles. Des bâches et chaises avaient été mises sur toute l’aile droite dans la cour de l’église pour permettre aux retardataires et aux désireux de faire la messe qui n’ont pas pu être à l’intérieur du temple, d’assister au culte religieux.

L’assemblée des prêtres célébrants est entrée peu après et s’est assise à l’autel.

"Que la paix soit avec vous", a prononcé le curé. Il était grand de taille, environ 1m90, vêtu d’une soutane blanche de prêtre, qui l’arrivait jusqu’aux chevilles et laissait paraître son teint noir d’ébène. Après les deux lectures énoncées par les lecteurs, le curé s’est présenté sur l’esplanade, pour lire l’évangile puis professer l’homélie.

Silence de sa part… Puis, "je ne sais pas quoi vous dire ce soir", "si ce n’est vous parler de la paix, oui celle-là même qui régit toute vie humaine. Rappelez-vous de la première phrase de Jésus à ses apôtres après sa résurrection" dit-il. Il eut un grand moment de silence, comme si chacun et chacune essayait de se rappeler et trouver la réponse, mais personne n’est arrivé à extérioriser ses hypothèses de réponses.

"Que la paix soit avec vous", tels ont été les premiers mots de Jésus dès son apparition à ses apôtres", a affirmé le curé. "De quelle paix parle-t-il ? De l’amour de son prochain. Et toi de quelle paix parles-tu lorsque tu souhaites la stabilité de ton pays alors que tu ne vis pas la paix avec l’un de tes proches ou même l’une de tes connaissances ?".

Toute l’assemblée était muette, seules leurs capacités auditives étaient ouvertes et réceptrices à en croire leurs morphologies et mimiques faciales.

Le père-célébrant a continué son homélie sur l’importance de la culture de la paix, notamment en cette année d’élection présidentielle en Côte d’Ivoire et a suscité une introspection chez chacun avant de terminer la messe par l’exposition du très Saint Sacrement.

A minuit, des centaines de bougies, en main de chaque fidèle étaient allumées pour accueillir la nouvelle année 2020 dans la lumière. Des cris de joie se faisaient déjà entendre de la part des croyants qui jubilaient sur l’instrumental et les chants de la chorale qui était postée magnifiquement à droite dans des tenues identiques de couleurs bleues. Le prêtre a souhaité ses meilleurs vœux de l’an à l’assemblée qui a acquiescé avec bonheur.

Le ciel, presque sans nuages à cause de la pluie tombée plutôt dans la soirée, fut en ce même instant illuminé par de multiples feux d’artifice qui rayonnaient dans le firmament.

Il était 00h05, les fidèles se déplaçaient pour se serrer la main, faire des accolades aux connaissances comme aux inconnus avec une joie de vivre encore plus brillante que leurs bougies allumées en main.

Après la bénédiction finale, certains discutaient en petit groupe de connaissance, d’autres appelaient leurs proches pour leur souhaiter de meilleurs auspices pour ce nouvel an. Mais l’on pouvait remarquer une certaine angoisse masquée par un déni. Sûrement à cause de l’actualité politique de ces derniers jours  qui laissait entrevoir une menace pour la paix en Côte d’Ivoire.

Abraham KAMBOU

                                                                                                         

Articles similaires

Laisser un commentaire