”La Ruecratie En Marche ou LREM africaine” (TRIBUNE LIBRE)

Le service après - vente de la démocratie est au cœur de nombreuses critiques en ces temps de soubresauts populaires en Afrique et dans le monde.

Alors que certains systèmes démocratiques sont considérés ou vécus comme des ”demoncra-tueries", ces systèmes ne sont - ils pas à l’heure de leur déclin ou leur refondation à l’aune de la montée en puissance de la ”Ruecratie” ?

En effet, la Ruecratie se décrit comme la propension des citoyens à investir l’espace public et à manifester de façon matérielle ou symbolique afin d’impulser et ou d’exiger la résolution de certaines problématiques ou le changement.

Ce concept, loin d’être un système politique est tout au contraire une union populaire d’actions et d’influences citoyennes dont la motivation repose sur les logiques de ”y’en a marre” global au cœur d’un système démocratique ne répondant plus aux aspirations et besoins du peuple.

Il est cependant peu vrai d’assimiler les "Ruecrates" à des bandits citoyens d’un nouveau genre ou encore à des contre-pouvoirtistes même si dans un troupeau, il existe toujours des brebis galeuses.

Au-delà de cette diabolisation, ce qu’il faut retenir, c’est l’essentiel de la lutte menée par les Ruecrates.

Elle réside dans la réappropriation de l’espace politique par les citoyens à travers une nouvelle forme de contestation sociale essentiellement menée par la jeunesse en collaboration avec les groupes sociaux et mouvements citoyens à l’instar de ”Y’en a Marre” (Sénégal), le ”Balai citoyen” (Burkina Faso) et ” Filimbi y Lucha” (RD Congo).

Ces nouveaux lobbys citoyens deviennent en temps de crispations politiques ou lors de négociations politico-sociales, le contre-poids sociale face à l’iniquité, l’injustice ou la médiocrité des systèmes et politiques gouvernementaux.

Avec plusieurs victoires sociales et deux des plus grandes victoires politiques ( l’éviction de Blaise Compaoré en 2016 au Burkina Faso et Abdelaziz Bouteflika en 2019 en Algérie), le concept de la Ruecratie prospère également dans une outre mesure en Europe et en Amérique du Nord.

En témoigne d’ailleurs le Mouvement des ”Gilets Jaunes” en France ou encore le ”Convoi de la Liberté” au Canada.

Sous cet angle panoramique qui se dresse dans les rues, ne pourrions-nous pas affirmer que la force de la Ruecratie réside dans la justesse des causes des revendications populaires ?

Thomas Sankara disait en ce sens que :”la révolution démocratique et populaire a besoin d’un peuple de convaincus et non d’un peuple de vaincus, d’un peuple de convaincus et non d’un peuple de soumis qui subissent leur destin”.

Enfin, la Ruecratie est un concept en pleine puissance sur le continent africain et qui tend à se métamorphoser à travers le numérique et des lexiques qui traduisent indéniablement l’effervescence de la rue.

Tall Madina

≠Colombe Noire

Analyste politique et géostratégique, diplômée en Études Stratégiques, Sécurité et Politique de Défense. Chercheuse sur les questions de terrorisme dans la zone sahélo-saharienne, éditorialiste et écrivaine. Présidente du Mouvement Nouvel Afrique – Nouvelle Génération

Facebook : Tall Madina Officiel / Tall Madina

Suivez-nous sur:

Articles similaires

Laisser un commentaire