Obsèques de Dj Arafat : la veillée musicale en son honneur rime avec des messages de tristesse et d’espoir

« Une légende ne meurt pas, elle reste dans nos cœurs », « Arafat, l’immortel » ou encore « le
Dahishikan, nous t’aimons pour la vie » : voilà le message d’hommage que les chinois (fans de Dj
Arafat, de par leur nombre) ont adressé ce vendredi à Ange Didier Houan alias Dj Arafat, lors de sa
veillée musicale, au stade Félix Houphouët Boigny d’Abidjan.
Portant des t-shirts à l’effigie de l’artiste, des banderoles attachées sur le front, « les chinois » ont
voulu rendre un hommage mérité à la star du coupé-décalé (musique urbaine ivoirienne), Dj Arafat,
décédé le 12 aout dernier à la suite d’un accident de la circulation. « Je l’aimerai toute ma vie,
pendant 10 ans encore, son poster sera affiché dans ma maison. C’est une légende qui mérite les
honneurs que nous sommes venus lui rendre», clame fortement Landry Gboko, un chinois venu de la
commune d’Abobo (nord d’Abidjan)
Amoikon Yao, la trentaine révolue, dit ses adieux au défunt à sa manière, « Je suis là pour dire au
Dahishikan (surnom de Dj Arafat) que je suis fier de lui. Il peut reposer en paix maintenant ».
Si certains fans ont utilisé des mots pour souhaiter des adieux à l’artiste, ce n’est pas le cas pour
Fofana Alassane. En effet, ce dernier avait le corps bariolé des trois couleurs du drapeau ivoirien
(orange-blanc-vert) avec ces mots écrits en lettres d’or sur son ventre : « Arafat, je t’aime ». Un
message d’hommage que semblait partager une dizaine de personnes attroupées sur lui pour faire
une photographie.
« Mon premier fils portera le nom Ange Didier », confesse Salimata Nawa. Cette dernière affirme que
son goût prononcé pour le coupé-décalé est né par le contact qu’elle a eu avec la musique de Dj
Arafat. Donner le prénom de l’artiste à son fils est le minimum d’hommage et de sacrifice qu’elle
puisse faire.
Pour ce concert d’hommage à Dj Arafat, plus de 30.000 chinois étaient présents au stade Félix
Houphouët Boigny d’Abidjan. Il sera suivi de l’inhumation de l’artiste au cimetière de willliamsville ce
samedi 31 aout (nord d’Abidjan). A ce titre, un important dispositif sécuritaire a été déployé par les
autorités du pays pour permettre aux personnes de vaquer librement à leur occupation.

Charles Kossonou

Articles similaires