Côte d'Ivoire: le président Ouattara "viole et piétine la loi" au vu et au su de la CEDEAO, selon Assoa Adou (opposant)

Le Secrétaire général du Front populaire ivoirien (FPI, opposition) tendance Laurent Gbagbo, Assoa Adou a affirmé mardi à Abidjan que, "Ouattara viole, piétine la (loi fondamentale ivoirienne) au vu et su de tous y compris des chefs d’Etat de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO)", au cours d’une conférence de presse.

"Alassane Dramane Ouattara viole, piétine au vu et su de tous, y compris des chefs d’Etat de la CEDEAO, notre loi fondamentale et ces délégations viennent dire : il faut que les candidats s’entendent pour violer le Constitution", a déploré M. Adou.

 

Pour lui, la conclusion des missions de la CEDEAO "réduisent la crise pré-électorale actuelle à une simple question de candidats au scrutin présidentiel." C’est pourquoi selon le bras droit de l’ex-chef de l’Etat ivoirien, la CEDEAO a dans son communiqué final, "demandé à Henri Konan Bédié et Pascal Affi N’Guessan de reconsidérer leur position en mettant fin au boycott du processus électoral."

 

Au regard de cette position, le docteur Assoa Adoua affirme ceci : "en tout état de cause, pour la paix en Côte d’Ivoire, le FPI demande, parce qu’il est encore temps : l’arrêt de tout le processus électoral ; le report de l’élection présidentielle ; L’ouverture d’un dialogue inclusif entre toutes les parties prenantes. "

 

"Ivoiriennes, Ivoiriens le pays nous appelle ! Personne ne fera le combat à notre place. Levons nous, la lutte continue !", a-t-il conclu.

 

Une mission ministérielle de la CEDEAO a atterri à Abidjan le 18 octobre dernier dans le cadre d’une diplomatie préventive. Au cours de cette mission qui visait à apaiser le climat politique émaillé de violences dans certaines localités ivoiriennes, elle a invité l'opposition  à "reconsidérer (sa) position de boycotter l'élection présidentielle" et à "œuvrer pour un consensus".

Emmanuel DJE BI

 

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire