Présidentielle ivoirienne: le gouvernement estime que l’appel à des manifestations de Soro "ne peut pas être suivi"

Après  l’appel lancé par Guillaume Soro à l’opposition pour "boycotter"  l’élection présidentielle prévue le 31 octobre, suite au rejet de sa candidature, le porte-parole adjoint du gouvernement ivoirien, Mamadou Touré a estimé vendredi à Abidjan, que son appel  à "des manifestations ne peut pas être suivi",  sur France 24.

"Guillaume Soro n’est pas audible dans son appel à l’opposition", a déclaré M. Touré, ajoutant que son invitation à "des manifestations et à des violences de rue ne peut pas être suivie".

L’ex- président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro a déclaré maintenir sa candidature à l’élection présidentielle, en dépit de son  rejet par  le Conseil constitutionnel, poursuivant que le scrutin ne se tiendra pas à la date prévue par l’institution.

Face à cela le gouvernement ivoirien a estimé qu’il est "prétentieux de la part de M. Soro d’annoncer que les élections ne se tiendront pas à la date constitutionnelle", précisé que les institutions en charge d’organiser "l’échéance électorale sont à la tâche" et que le scrutin se tiendra en toute "tranquillité".

Par ailleurs, le ministre Mamadou Touré a rappelé que "Guillaume Soro a été un acteur majeur dans la crise poste-électorale de 2010, dont les populations ont été suffisamment traumatisées" et qu’elles ont "besoin de stabilité donc son appel à l’opposition n’est pas audible puisque cette opposition ne lui fait pas confiance".

Mardi la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples a  ordonné à l’Etat ivoirien de lever "les obstacles empêchant Guillaume Soro de jouir de ses droits d’élire et d’être élu" mais le gouvernement a répondu qu’il  "ne se sent pas concerné par cette question".

 

 

Hyanick TIOYE

Articles similaires

Laisser un commentaire