Saison pluvieuse à Abidjan : la commune de Koumassi respire un bol d’air frais (REPORTAGE)

Terre gorgée d’eau, routes impraticables, fossés pleins à ras bord, caniveaux bouchés, construction anarchiques… tel était le spectacle qu’offrait en saison pluvieuse la commune de Koumassi (sud d’Abidjan) qui affiche un nouvel air respirant un bol frais, une phase d’adieux aux inondations qu’elle a jusque-là connues.

Libération de réseaux d’assainissement et de voies occupées de façon anarchique, ouverture d’avaloirs, drainage, curage et bitumage, pose de caniveaux, renouvellement et redimensionnement d’anciens réseaux qui entraînaient des affaissements par endroit,… Aujourd’hui, la commune est en chantier.

Les travaux entamés au grand satisfecit des riverains font refouler le souvenir des "temps cauchemardesques", au risque de les revivre, en témoigne Isabelle Kimbiri domiciliée au "Carrefour Saint François" qui reconnaît une "nette amélioration de la situation".

"Vivre ici était source de moquerie, quand il pleuvait, l’eau entrait dans nos maisons, on vivait dedans des jours durant avec les moustiques et les maladies à cause de la pauvreté, Wallaye (interjection arabe), on ne veut plus ça", lâche Isabelle.

Tout comme la célèbre place "Inch Allah", auparavant non bitumée, les voies dudit endroit ont reçu des autorités municipales, "un coup de baguette magique", affirme amusée la jeune dame, le visage illuminé par son sourire.

D’un air serein, elle invite la pluie à "tomber autant qu’elle peut, ces moments étant dorénavant une bénédiction au vrai sens du terme".

Le quartier "des amoureux", sur le boulevard du Gabon et celui de la "Bad" ne sont pas en reste, le premier étant déjà paré de caniveaux en prélude aux pavés qui le surplomberont pour permettre aux eaux de recueillement de trouver leur chemin.

C’est dans cette optique qu’un exutoire (ouvrage d’évacuation d’eau pluviales, vannes et usées), long de 400 m et haut de 1,5 m a été construit. Cet ouvrage d’assainissement est "disposé à évacuer toutes les eaux de la "commune vers la lagune" aux dires de l’ingénieur, Arouna Kafondo, conducteur de travaux de l’entreprise "Le bâtisseur", aux manettes de la construction.

Ici, les résidents n’appréhendent plus la saison des pluies avec angoisse d'où l'appel de la municipalité au "respect du bien commun" en prenant soin des ouvrages construits pour leur épanouissement car penser et vivre à "Koumassi autrement, c’est possible".

DAB

Articles similaires

Laisser un commentaire