Au cœur des jeux de dames "pari" à Yopougon (MAGAZINE)

"Faut jouer", "neuf-neuf", "bouffe ici", sont entre autres les propos et cris qu'on peut percevoir dans cet attroupement de personnes à ce stand de jeux de dames de ce quartier de Sideci, une des cités populaires de Yopougon, commune située à l'Ouest d'Abidjan, Capitale économique ivoirienne.

Un jeune homme, à peine la vingtaine éparpille les pions sur le damier tout en "bouffant" ceux de son adversaire, un vieillot, marmonnant des paroles de frustrations face à la défaite probable qu'il subit face à ce "petit" qui pourrait être son fils et à la somme d’argent qu'il pourrait perdre.

En effet, dans ce stand de jeux de dames, comme il y en a un peu partout dans les quartiers populaires d'Abidjan, les parties sont moyennées de mises, allant de 250 FCFA jusqu'à 1000, parfois au-delà.

"Ce n'est pas un jeu de hasard ni une loterie, ici c'est ta tête qui te fait gagner" affirme Mohamed, le jeune homme en question après sa victoire face à son "doyen", en empochant son gain avec fierté.

"Dans ce jeu, on peut gagner gros, ça va dépendre de ta mise et du nombre de parties jouées"; ajoute celui-ci, déclarant que son plus gros gain a été 53.500 FCFA

Ces parties, réunissant généralement les classes à revenu faible, les chômeurs jusqu'aux retraités, peuvent durer parfois toute une journée. "On peut jouer de six heures du matin jusqu'à parfois au lendemain à la même heure, ça va dépendre de l'inspiration et de ta poche aussi" plaisante le jeune homme, avançant que "ce n'est rien de mal ni malhonnête, au moins on ne vole pas et si tu t'appliques tu peux vivre de cela".

Par ailleurs, la Côte d’ivoire commence à se faire une place au soleil dans cette discipline, à l’image de Joel Atsé qui a fini 8ème aux derniers championnats du monde.

 

Dieudonné Jr KOUASSI

Articles similaires

Laisser un commentaire