Critères d’un fanatisme funeste

Jamais un homme public n’aura bénéficié d’un amour aussi fort de la part de ses fans. Même les têtes de file de certaines religions (Jésus, Mahomet) ne se sont jamais vu aimer aussi démesurément. Jusqu’ici, personne n’arrive à expliquer le comment et le pourquoi du fanatisme particulier des "chinois" (nom donné par Dj Arafat à ses fans du fait de leur nombre) à l’égard de leur « maître ». Y a-t-il un profil spécial pour être exagérément adulé par autant de personnes ? Je crois savoir les critères à remplir pour bénéficier d’un fanatisme qui à la longue constituera un crime. Ange Didier Houon alias Dj Arafat remplissait, sans le savoir, les critères que je me m’attellerai à vous citer.

Il  vous faut avant tout être né un 26 janvier et avoir doté votre âme sœur le jour de votre 33ème anniversaire, comme si vous saviez que vous alliez mourir sept mois plus tard.

Il vous faut également être fils d’une mère connue pour ses écarts de conduite et d’un père musicien qui ne voulait pas de vous dans le monde de la musique.

Aussi, faut-il savoir tirer leçon de l’amour hostile de sa famille et vous jeter dans les rues pour voler de vos propres ailes.

Il vous faut ensuite vous retrouver disc-jockey dès l’adolescence dans des bars où coulent la drogue et l’alcool, pour plus tard débuter une carrière musicale en rendant hommage à votre ami décédé après un accident.

Dès lors, enchainez des concepts parce que votre carrière ne durera que 15 ans avec au compteur dix (10) albums. Cher ami, il vous faut être très créatif pour vous trouver autant de surnoms (Vladmir, Influenmento, Thermistocle, Beerus Sama…Daishikan).

Dj Arafat incarnait les critères précités.

Pour ma part, sa régularité sur les réseaux sociaux, par le partage de vidéos exprimant tout son ressenti, est le critère qui a le plus favorisé Dj Arafat lui faisant ainsi gagner la confiance de ses fans.

Cette confiance lui a valu le scepticisme de ses fans lors de l’annonce de sa mort brusque due à un accident de moto. Ces derniers attendaient une vidéo dans laquelle il confirmerait lui-même sa mort. Comme il ne l’a pas fait, ils sont allés jusqu’à exhumer son corps pour s’assurer que c’est lui. Apparemment ils n’ont aucun remords jusqu’ici parce que pour eux tout ceci a été fait par amour.

Je retiens simplement que la vie pleine de buzz du Daishikan s’est soldée par un ultime et gigantesque buzz rendu funeste par ses disciples.

 

Jocelyne Liadé

Articles similaires