Présidentielle ivoirienne:  Le corps préfectoral soumis à "une rude épreuve" (Directeur de l’administration territoriale)

 

Rassemblé à Yamoussoukro (248 Km d'Abidjan), dans le cadre d’une prise de contact avec le ministre par intérim de l’administration territoriale, Vagondo Diomandé, le Directeur général de ce ministère, Ibrahim Bayo, a signifié vendredi que le corps préfectoral a été soumis à "une rude épreuve" suite aux violences liées à la présidentielle du 31 octobre, au cours d’une réunion.

"C’est le lieu pour moi de rappeler qu’à l’échelon de leur circonscription respective, nombreux sont ceux de nos collègues, qui à l’occasion des élections présidentielle du  31 octobre , ont été mis à rude épreuve", a déclaré M. Bayo.

Suite à la présidentielle du 31 octobre en Côte d’Ivoire, plusieurs régions et départements du pays ont connu des actes de violences et de vandalisme, des pertes en vies humaines ont été enregistrés après des manifestations "pour dire non au 3e mandat" du président Alassane Ouattara. En effet les régions des grand ponts (Dabou, près de 50 Km d'Abidjan ), de l’Iffou (Daoukro, environ 235 Km d'Abidjan), du Moronou (Bongouanou, environ 210 Km d'Abidjan),  ont connu de vives tensions dues à des affrontements intercommunautaires (allogènes et autochtones).

A l’occasion de la rencontre entre le corps préfectoral précisément les préfets de Région et de département et le ministre de la sécurité et de la protection civile, assurant l’intérim de son collègue Sidiki Diakité, chargé du ministère de l’administration territoriale, décédé en octobre, le Directeur général de l’administration territoriale a souligné que ces représentants de l’Etat "avec détermination, avec engagement dans les situations sociaux politiques difficiles ont réussi à s’acquitter de leur devoir dans l’intérêt supérieur de la Nation".

Vu la situation sociopolitique du pays émaillée de violences avant, pendant et après le scrutin du 31 octobre, il a exhorté les autorités préfectorales à continuer "de promouvoir la paix auprès des habitants afin de leur permettre de privilégier le dialogue (…) gage de développement".

Le général Vagondo a par ailleurs félicité le corps préfectoral pour "(son) implication dans la gestion de toutes les situations qui ont pu se présenter au cours de cette élection présidentielle". Il s’est engagé à continuer l’œuvre du ministre Sidiki Diakité pour que "les préfets ne se sentent pas orphelins" et "à faire en sorte qu’un regard favorable soit porté à leur condition de travail".

 

Selon Ibrahim Bayo, le rapport des préfets indique qu' après touts ces violences électorales, "la majorité des ivoiriens ne veulent plus revivre cette situation sociopolitique". Le 04 septembre, le corps préfectoral s'était réuni  en présence de Feu Sidiki Diakité pour échanger sur l'organisation de la présidentielle du 31 octobre dans les circonscriptions du pays.

 

 

 

 

Charlène ALLASSI

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire